Manifeste zéro 2015

3.2 MANIFESTE A L’USAGE DE CHACUN

Notice du bonheur.

Tout est art, toute création artistique peut se revendiquer de ce pur hédonisme, tant qu’il participe à la construction et la transmission des valeurs présentées dans ce qui va suivre, dans leur ensemble. Ces valeurs sont indissociables. C’est un hommage à la vie, une ode au bonheur sociétal, un plan utopiste pour le futur.

Je rêvais d’une ville à l’image d’une antique cité tel l’Atlantide, où les murs seraient couvert de science, la connaissance envahirait notre quotidien. Je souhaitais proposer par la représentation artistique des domaines de sciences multiples, arriver à une société ultra-consciente, qui entraînerait avec elle le pacifisme dont nous avions besoin. Une lutte constante contre l’obscurantisme en proposant un totalitarisme lumineux, nommé la super expression ou surpressionnisme. Des propositions d’images de passions heureuses comme autant d’icônes du 3ème genre, où être la conscience de soi est la conscience de la puissance qui est la conscience du monde. Un état de bonheur que rien ne peut ôter.

BONHEUR

J’ai l’impression qu’il se passe quelque chose de très beau, emprunté au passé et allant vers l’avenir, en marchant d’un pas aérien, complètement ouvert à la beauté,et ses bouleversements.

Qu’est-ce que le bonheur ? Une perception optimiste. Une vision cherchant là où doit se trouver la lumière à travers la noirceur du temps présent. Une création à travers des actes qui vont nous rendre heureux, car ils rendent le monde heureux.

CITOYENNETE

La vie associative doit être développée, les citoyens doivent d’avantage prendre part à la vie sociétale.

La mairie doit imposer des normes pour les commerces, de façon à inciter la diversité des produits vendus, et peaufiner l’esthétique des commerces, de façon à ce que nous puissions avoir des rues agréables à regarder, et non ces choses en plastiques qui peuples une pléthore de kebabs, par exemple. La mairie doit aussi contrôler la qualité des produits vendus à ses citoyens.

Il est regrettable que notre système politique soit en compétition, plutôt qu’en collaboration. Nous pourrions prendre les idées les plus logiques et positives de chaque parti, pour les fondre en propositions vraiment adaptées aux populations qui élisent des représentants devant défendre leurs intérêts, et ceux des industriels qui fiancent leurs campagnes.

L’art doit participer à la vie politique, faire valoir les idées de la population auprès des instances politiques et éveiller les populations à s’impliquer d’avantage dans l’organisation politique. Et ce afin qu’ils puissent réellement exister, pour ne pas qu’ils finissent étouffées par les financiers, qui ne sont préoccupés que par l’aspect économique, et participent activement à l’organisation politique. Ils ont l’argent, nous avons le nombre.

COHESION SOCIALE

La recherche de la vérité, et la quête de la sagesse devraient être une préoccupation commune, pour sortir de l’illusion, pour vivre dans la réalité, et ne pas construire de théories basées sur les assises erronées. L’individualité -c’est à dire les singularités qui composent les être- doit être cultivée, et non le communautarisme, l’égoïsme.

CRITIQUE & SOLUTIONS

A la critique, le surpressionnisme développe aussi une solution adaptée à la problématique énoncée.

CULTURE, SCIENCES, ART & ENSEIGNEMENT

La culture doit être accessible et intelligible par tous. C’est avec une société cultivée que l’on cultive la paix au quotidien.

La culture se doit d’être vraie, exempt de vulgarité et grossièreté.

L’enseignement doit se modeler en fonction des particularités de chacun et non être généraliste, laissant certains enfants dénué de savoir. Il doit être à l’image des écoles Montessori qui respectent le rythme des enfants.

L’initiation aux sciences doit se faire dès le plus jeune âge, il est déplorable que tant de gens n’aient pas accès à la philosophie, et que l’étude du français passent par des romans au détriment des essais.

Les enfants montrant des capacités prometteuses devraient pouvoir comme en Russie et en Chine s’intégrer dans des secteurs où leurs capacités intellectuelles pourrons mieux s’épanouir.

Il est déplorable que des enfants voient leurs capacités dissoutes dans des classes où les élèves on des rythmes différents, on ne peut pas pénaliser les enfants. Ce principe n’est pas équitable, on rentre dans une notion qui considère les capacités respectives des enfants au sens de sans importance de la définition du mot égalité. Éduquer les enfants doit être le travail des enseignants et non celui des élèves. On organisera au mieux des classes soucieuses de répondre aux besoins intellectuels spécifiques selon les enfants.

La science doit être au centre des préoccupations.

L’art ne doit pas se contenter de dépeindre le monde de façon interrogative, il doit proposer des solutions, il doit être un acteur intégral de notre construction sociétale en véhiculant des valeurs profondément positives pour notre devenir. Il doit être un relais de transmission culturelle, de savoirs.

L’art doit participer à la transcription des sciences, leur ornementation, nous avons besoin d’art dans nos quotidiens, et de sciences, l’art doit allier les deux. Il doit se faire l’espace d’une source de connaissances claires et limpides, il doit communiquer le goût de la découverte, de la curiosité, de l’apprentissage.

Il doit susciter l’envie d’approfondir ses connaissances, de les partager, de vouloir vivre en polymose , une interaction entre des organismes multiples, sociétale.

DROIT DU VIVANT

Les règnes ont des droits et nous devons respecter ces règnes, défendre, prévenir et condamner ceux qui nuisent aux différents règnes du vivant1.

ECONOMIE

L’économie se doit de se diversifier, de restaurer l’apport de ces métiers artisanaux dont les parts de marché ont été accaparées par les industries.

De diversifier les moyens d’échanges qui ont été accaparé par les transactions fiduciaires.

Chacun doit être en mesure de pouvoir lutter pour des idéaux basés sur des valeurs positives universelles, d’être respecté en temps qu’acteur d’un système économique basé sur la circulation des biens et services, dont la distribution doit être repartie de manière équitable, de façon à pouvoir vivre dignement2. L’économie doit être au service du social, et non l’inverse. Nous devons sortir de ce capitalisme bancaire et marchand, par la création de nouveaux systèmes d’échanges et de production.

EUGENISME, MEDIOCRITE & TOXICITE

Les êtres humains ne doivent pas être regardés sur leurs apparences, mais être regardé sur leur intérieur.

C’est ainsi que l’on doit s’écarter des personnes toxiques.

Les personnes toxiques doivent être systématiquement dépistés par des signes clairement expliqués dans les ouvrages décrivant leur mode de fonctionnement profondément dévastateur.

Les personnalités toxiques ne peuvent trouver une place au sein du mécanisme social sans en pervertir ses rouages et doivent être l’objet d’une solution viable pour ne pas troubler l’ordre du groupe sociétal.

ENFANTS ET AVENIR

du respect de l’être humain quelque soit ses critères physiques3

Les enfants doivent être respectés et ce dès la matrice gestationnelle, comme n’importe quel humain4.

D’élaborer une communication emprunte de douceur, de compréhension, leur étant intelligible, afin de les initier à la pluralité de disciplines composant l’univers.

Les enfants sont le futur, et il est essentielle de les protéger, les accompagner et ce afin de construire un futur plus collaborative, plus pacifique5. Ils peuvent avoir le droit s’exprimer sur des bases positives, emprunte du respect pour la vie, par tous les médiums possibles et diffuser les résultats au plus grand nombre, tout en les accompagnant à l’élaborer une pensée en phase avec les principes énoncé dans cet ouvrage6.

Les enfants ont une vision du monde que nous devons inclure dans la sphère artistique. Nombre d’éminents artistes ont souhaité peindre comme des enfants, il est temps de laisser peindre les enfants comme des artistes.

Leurs productions doivent être l’objet de manifestations culturelles aussi importantes que celle des adultes, que cela soit par le biais d’expositions, d’ouvrages, de spectacles….

Nous produisons des outils culturels pour leurs apprentissages, et nous devons aussi pour créer un échange les laisser interagir avec le monde, c’est à cette condition qu’ils pourront vraiment trouver leur place au sein de la société comme acteur de celle-ci7.

ETAT QUANTIQUE et REALITES MATHEMATIQUES

La matière est comprise au mieux, lorsque l’on prend conscience de ses particularités, et influences quantiques.

La réalité répond à des équations mathématiques. Nous comprenons bien mieux le monde lorsque nous avons conscience de ces logiques.

FEMINITE ET SOCIETE

En profonde opposition avec le manque de respect du à la condition humaine et spécialement féminine.

La société doit se modeler en fonction de valeurs féminines tel que la douceur, et non la violence instaurée sur un stéréotype viril dénué de savoir-vivre et de respect.

En opposition avec la domination patriarcale.

Et l’absence de préoccupation de nos propres plaisirs en temps que femme et être sexué, et trop soumises aux violences masculinistes, dont la volonté est de nous ôter toute volonté.

Pour la réalisation pleine et entière de nos capacités en temps que femme, être individuel et pouvant briller autant que les hommes, sans dépendre d’eux pour se réaliser.

Pour que ce mouvement s’étende de façon planétaire, afin que chacun puisse bénéficier des lumières féminines, et que chaque femme puisse être respectée comme un être humain à part entière, et non un sous-homme.

Pour remplacer le concept de fraternité qui nous clos dans cette condition de sous-homme pour une terminologie indiquant clairement que nous sommes inclues dans les devises en temps que femme à part entière.

Aucunes images, ni autres formes d’expressions visant à dégrader la femme ne sera toléré. La femme se revendique comme toutes les autres formes de vie, digne de respect.

ECHELLE DE KARDASHEV

Si l’on invente un réacteur fabriquant de l’hélium et pouvant être mélanger à de l’électricité, il se peut que nous puissions voyager aussi vite que la lumière, conversation avec Louis-Victor

Un atome dans l’univers de l’utopie, réunir tout le monde autour d’un rêve commun, le voyage inter-stellaire.

Un rêve universel de sérénité, là où toute matière quantique est à sa place. Là où tout n’est qu’une question de perception éduquée à l’optimisme. Le bonheur pur.

L’aspiration doit se réunir autour du projet commun d’organiser une superstructure doit être élaborée dans une symbiose entre la technologie et la nature, et d’étendre nos découvertes de l’univers et ses mystères, sans aucunes pulsions colonialistes destructrices.

Émerveillement et joie de vivre, le bonheur de ne léser personne, par la violence qui commence dès le verbe, de pouvoir autonomiser au maximum les individus, et de collaborer ensemble sur des grands projets, plus on est nombreux, plus on réalise de grandes choses.

GLOBALISATION & GENERALISATION

Il faut prendre attention à ne pas généraliser, et a plutôt adopter un point de vue global.

MEDECINE & ALIMENTATION

La médecine physique et psychique, doit être enseignée dès le plus jeune âge, en préservant la morale selon l’âge des enfants.

Les traitements par les plantes, traditionnelle, huile essentielles… Doit être enseignée à tous, afin de pouvoir être autonome sur les préoccupations sanitaires, et ce dès l’enfance.

La médecine doit suivre répondre au précepte d’Hippocrate : que ton aliment soit ton médicament et ton médicament ton aliment.

Des aliments sains, des fruits, des légumes, dépourvus de pesticides.

Les particules que l’on ingère influent sur nos organismes. Nous devons prendre conscience de notre état quantique à tous les niveaux, afin de mieux nous préserver au quotidien.

MOBILITE & PROPRIETE

Abolir le locatif au profit de l’accession pour tous à la propriété, avant d’envisager que la planète n’appartient qu’à elle-même et ne devrait pas faire l’objet d’une découpe territoriale destinée à la mercantilisation.

Abolir les frontières et les passeports qui sont un objet de contrôle des populations, afin de pouvoir en temps que population s’autodéterminer, et pouvoir se déplacer sur la planète de la façon la plus consciente possible.

Inciter la mobilité des populations à pouvoir aller travailler et découvrir les zones géographiques de la planète qu’elle souhaite et pouvoir y travailler de façon décente. Pouvoir pour les populations avoir un point d’ancrage fixe, sécurisant et rassurant.

MORTALITE

retour des atomes à la matière et au-delà

La mort est le retour de la matière à la matière, Les quarks continuent leur existence au delà de la mort de l’organisme.

La vie est plus importante que la mort qui est notre finalité inéluctable. Elle se doit d’être joyeuse et non triste, car nous devons nous centrer sur la vie.

L’au-delà doit être considéré sous une forme symbolique et non réelle. Elle doit être une vision de la métaphysique et de la continuité physique de la matière quantique.

PARENTALITE & EDUCATION POSITIVE

On abolira la notion de propriété parentale sur l’enfant de façon à pouvoir le considérer comme un être à part entière digne de respect.

On privilégiera les méthodes de communications actives développées par Gordon, par exemple, les méthodes de communication consciente, dit communication non violente, ainsi qu’on abolira toutes les méthodes diverses éducations violentes qui s’apparentent plus à un dressage qu’un vrai accompagnement. Ces méthodes d’un autre temps, entraînent des comportements généralement asociaux, inadaptés à une vie en groupe. C’est ainsi qu’en posant les bases saines d’une éducation basée sur la conscience des verbes et du corps, ainsi que le respect de leurs intégrités, nous formerons une nation pleinement épanouie, collaborative, respectueuse.

PLANETE

On respectera la planète comme notre lieu de vie, ainsi que nos voisins les animaux, végétaux, minéraux.

Planter des arbres, fleurs, fruits, légumes, dépolluer la terre par les végétaux, organismes vivants naturels.

Organiser un rapport équilibré entre la science, la technologie, l’urbanisme et la nature, dont nous avons besoin pour vivre.

Ajout de Marie, le titre du livre, et son sous-titre, est de son fait,

Je pars sur le postulat que l’humain est intrinsèquement connecté à son environnement et à la planète qui le porte. La destruction systématique de la faunes et flores qui entourent l’être humain entraînera indubitablement la fin de notre espèce. Nous devons donc respecté et entretenir chaque espèce végétale et animale ainsi que minérale se trouvant sur cette planète afin de perpétrer notre propre espèce et offrir un avenir radieux au prochaines générations.

Ou bien cesser de procréer afin d’arrêter le massacre?

PLASTIQUE DU VERBE et des échanges sociaux

De prendre en considération l’extérieur comme réceptacle de nos pensées matérialisées que nous devons soigner.

Au concept de liberté d’expression, j’appose celui de peaufiner l’expression parfaite.

De dépasser la pression face au réel, afin d’accéder à une simplicité du verbe, une transcription sincère des sentiments et émotions, en dépit de toute peur de ce que l’extérieur peut en recevoir, et en soignant la forme et le sens de ses pensées de façon à être le plus en phase avec la vérité et l’extérieur.

Les actes, échanges, doivent être conçus en phase avec l’autre , ses attentes et les nôtres, dans une parfaite symbiose.

PLASTIQUE VISUELLE

Considérant que la vérité, la beauté et son organisation doit être au centre des préoccupations, l’esthétique se devra d’être aussi bouleversante que la plastique.

S’approcher de la perfection, la toucher, la réaliser, se dépasser soi-même pour s’améliorer.

PROPRIETE TERRESTRE

Tout le monde devrait pouvoir être propriétaire de l’endroit où il vit, et plus encore, personne ne devrait vendre un morceau de terre qu’il n’a pas fabriqué. La terre appartient qu’à elle-même.

RESPECT

Altruisme, dignité et empathie

Les gens doivent se respecter les uns des autres. Et s’écarter des gens toxiques dès les premiers signes, pour ne pas en subir leur poison.

TELEOLOGIE du pur réalisme & MONDES PARRALLELES, métaphysique.

L’étude de la finalité, permet l’anticipation au même titre que celle des causalités. Sentir ses vibrations internes au delà de toute mécanique, l’exemple du pur réalisme.

Et d’une lecture du monde selon toutes ses strates, du plus quantique au plus grand, sous tous ses aspects. Une pensée tissé de fil hétéroclites, brodés des cordes de sa théorie, sur le réceptacle de son choix.

Conceptualiser des univers parallèles comme autant de futurs possibles selon les décisions prises sur le moment. Une étude parfaite et aboutie de nos actes.

THEORIE DE L’ESPRIT

A l’empathie j’appose la théorie de l’esprit qui est de considérée l’individu d’une façon la plus objective et systémique, sans aucune projection de notre être sur l’autre, ce qui nous permet de pouvoir mener des analyses efficaces sur l’extérieur, permettant ainsi un jugement clair.

VERITE & SAGESSE

La recherche de la vérité doit être au centre des préoccupations, contre le mensonge et la manipulation qu’il crée, ainsi que la quête de sagesse.

1Déclaration Universelle des Droits de la Terre Mère, Préambule :

 Nous, peuples et nations de la Terre :Considérant que nous faisons tous partie de la Terre Mère, communauté de vie indivisible composée d’êtres interdépendants et intimement liés entre eux par un destin commun ;

 Reconnaissant avec gratitude que la Terre Mère est source de vie, de subsistance, d’enseignement et qu’elle nous prodigue tout ce dont nous avons besoin pour bien vivre ;

 Reconnaissant que le système capitaliste ainsi que toutes les formes de déprédation, d’exploitation, d’utilisation abusive et de pollution ont causé d’importantes destructions, dégradations et perturbations de la Terre Mère qui mettent en danger la vie telle que nous la connaissons aujourd’hui par des phénomènes tels que le changement climatique ;

 Convaincus que, dans une communauté de vie impliquant des relations d’interdépendance, il est impossible de reconnaître des droits aux seuls êtres humains sans provoquer de déséquilibre au sein de la Terre Mère ;

 Affirmant que pour garantir les droits humains il est nécessaire de reconnaître et de défendre les droits de la Terre Mère et de tous les êtres vivants qui la composent et qu’il existe des cultures, des pratiques et des lois qui reconnaissent et défendent ces droits ;

 Conscients qu’il est urgent d’entreprendre une action collective décisive pour transformer les structures et les systèmes qui sont à l’origine du changement climatique et qui font peser d’autres menaces sur la Terre Mère ;

 Proclamons la présente Déclaration universelle des droits de la Terre Mère et appelons l’Assemblée générale des Nations Unies à l’adopter comme objectif commun de tous les peuples et nations du monde, afin que chaque personne et chaque institution assume la responsabilité de promouvoir, par l’enseignement, l’éducation et l’éveil des consciences, le respect des droits reconnus dans la Déclaration, et à faire en sorte, par des mesures et des dispositions diligentes et progressives d’ampleur nationale et internationale, qu’ils soient universellement et effectivement reconnus et appliqués par tous les peuples et États du monde. http://rio20.net/fr/propuestas/declaration-universelle-des-droits-de-la-terre-mere/ (consulté le 24 novembre 2015)

2« D’un côté, toujours plus de capitalisme, de privatisations, de mercantilisation, d’exploitation irrationnelle et dévastatrice des ressources naturelles, et toujours plus de protection pour les entreprises et les profits privés.

De l’autre, toujours moins de droits sociaux, moins de santé publique, moins d’éducation publique et gratuite, moins de protection des droits des personnes. Aujourd’hui, les sociétés et les peuples des pays développés vivent dramatiquement la crise du capitalisme, engendrée par les lois du marché. Ces gouvernements capitalistes croient que sauver des banques, c’est plus important que sauver des êtres humains. (…) Dans ce système capitaliste, les banques ont des droits économiques privilégiés, et sont traitées en citoyens de première catégorie, de telle sorte que les banques importent plus que la vie. Dans cette jungle sauvage, les hommes et les peuples ne sont pas frères, ne sont pas citoyens (…). Ce ne sont que des débiteurs mauvais payeurs, des ‘assistés’, des locataires, des clients ».Extrait du manifeste de l’ile du soleil d’Evo Morales. http://www.humanite.fr/bolivie-le-manifeste-de-lile-du-soleil-devo-morales (consulté le 24 novembre 2015).

3« C’est dans cette lutte entre enfant et adulte, lutte résultant de l’assujettissement tyrannique de l’enfant, que Montessori voit la tare fondamentale de toute éducation à ce jour. En conséquence, la problème de toute réforme éducative consiste à surmonter cette lutte permanente« . Winfried BÖHM, « Maria Montessori », in Jean HOUSSAYE, Quinze pédagogues, Paris, A. Colin, 1995, p. 157.

4« Un mouvement social se développe depuis quelques années déjà en faveur de l’enfant, sans avoir été organisé ai dirigé par aucun initiateur… Enfin, après trente années d’études, nous le considérons comme l’être humain oublié par la société, et plus encore par ceux-là même qui l’aiment, qui lui donnent et lui conservent la vie. Qu’est-ce que l’enfant? C’est le dérangeur de l’adulte fatigué par des occupations toujours plus pressantes. Il n’y a pas de place pour l’enfant dans la maison de plus en plus réduite de la ville moderne, où les familles s’entassent. Il n’y a pas de place pour lui dans les rues, parce que les véhicules se multiplient et que les trottoirs sont encombrés de gens pressés. Les adultes n’ont pas le temps de s’occuper de lui, quand la besogne est urgente… Voilà donc la situation de l’enfant qui vit dans l’ambiance de l’adulte: c’est un dérangeur qui cherche, et ne trouve rien pour lui; qui entre, mais qui est expulsé. Sa position est comme celle d’un homme sans droits civiques et sans ambiance propre: un extra-social, que tout le monde peut traiter sans respect, insulter, battre, punir, en exerçant un droit reçu de la nature: le droit de l’adulte… L’adulte, par un phénomène psychique mystérieux, a oublié de préparer une ambiance pour son enfant. Dans l’organisation sociale, il a oublié son fils. Dans l’élaboration des lois successives il a laissé son propre héritier sans lois et, par conséquent, hors la loi. Il l’a abandonné sans direction à l’instinct de tyrannie qui existe au fond de chaque coeur d’adulte. » Maria MONTESSORI, L’enfant, Paris, éd. Gonthier-Denoël, p. 7/8.

5« L’adulte enseignant auprès de l’enfant du primaire a la grave responsabilité de ne pas enseigner de matière scolaires, mais de préparer l’enfant à reconnaître sa responsabilité d’être humain envers l’environnement et la société. On peut faire cela seulement si l’on comprend soi-même cette responsabilité ; si l’on peut apprécier la finalité grandiose du plan cosmique ; si l’on peut propager l’enthousiasme et le questionnement auprès des enfants et les stimuler par rapport à cet acte éloquent qu’est la création dans toutes ses manifestations » (Margaret STEPHENSON, Cosmic Education, in « AMI Communications », vol. 1.? Amsterdam, 1993, p. 17. Cité et traduit par B. Dubuc, p. 172).

6« La pensée pédagogique oscille toujours au cours de l’histoire entre deux pôles: l’un subjectif, l’autre objectif De tout temps, lorsqu’une civilisation croit en sa tradition et a une haute opinion de ses valeurs, l’éducation met l’accent sur le pôle objectif et initie les enfants aux valeurs et au patrimoine de la civilisation et de la société. Mais quand une civilisation doute d’elle-même et que le progrès sur le plan culturel vient à être mis en question, le balancier repart vers le pôle subjectif et l’enfant se retrouve à la source de l’éducation.

Qu’y a-t-il d’étonnant alors à ce que , à une époque où la critique de la civilisation est à la mode et où les néoromantismes viennent troubler la pensée éclairée, la pédagogie de Maria Montessori soit considérée et promulguée comme une sorte de remède pédagogique ?« Winfried Böhm, « Maria Montessori » in Jean Houssaye, Quinze pédagogues, leur înfluence aujourd’hui, Paris, Armand Colin, 1994, p165.

7« En réalité, l’enfant porte en soi dès l’origine la clef de son énigmatique existence individuelle. Il dispose d’un plan de structuration inné de son âme et de lignes directrices programmées pour son développement. Tout cela est d’abord extrêmement frêle et sensible et l’intervention intempestive de l’adulte, avec sa volonté et ses idées exagérées de la perfection de son autorité propre, peut anéantir ce plan ou en compromettre sa réalisation  » (Maria Montessori, citée par Winfried BÔhm, « Maria Montessori », in Jean HOUSSAYE, Quinze pédagogues, leur influence aujourd’hui, Paris, Armand Colin, 1994, p.154).